Huiles essentielles et effets secondaires de la chimiothérapie

Huiles essentielles et effets secondaires de la chimiothérapie
21 avril 2017 Anne-Laure

Huiles essentielles et effets secondaires de la chimiothérapie 

Le cancer est une épreuve tant physique, que psychologique et les huiles essentielles bien choisies et bien utilisées peuvent accompagner les patients et leur entourage durant leur traitement  pour gérer la pression et le stress. L’aromathérapie vient en soutien pour soulager les effets secondaires physiques et émotionnels.

Plusieurs services oncologiques utilisent déjà les huiles essentielles en soins de support tels que l’hôpital de la Salpêtrière, l’hôpital Saint Louis afin d’accompagner et de soulager au mieux les patients.
Plusieurs études démontrent l’action positive des huiles essentielles en complément des traitements conventionnels, sans altération de leurs actions. (Voir article Actions et interaction des huiles essentielles en cancérologie).

Les traitements conventionnels détruisent les cellules malades ainsi que les cellules saines à renouvellement rapide d’où l’apparition parfois de certains effets secondaires que les huiles essentielles peuvent prendre en charge efficacement et à moindre coût.

Les huiles essentielles contre le stress :

Le choc de l’annonce de la maladie, la succession de rendez-vous et d’examens, le parcours de chimiothérapie, l’inconnu et parfois l’incompréhension sont de nombreuses sources de stress (qui participe également à la chute du système immunitaire). L’entourage affecté peut utiliser l’aromathérapie également.

Les huiles essentielles de camomille et de lavande vraie en olfaction, diffusion et en application cutanée peuvent être un bon soutien (3 gouttes de chaque dans une cuillère à café d’huile végétale). Il existe bien d’autres huiles essentielles relaxantes, l’essentiel étant d’en choisir une dont l’odeur vous plait : petit grain bigaradier, marjolaine, basilic tropical, mandarine, ylang ylang.

Exemple de synergie pour des crises d’angoisse :

HE lavande vraie, HE petit grain bigaradier, HE ylang ylang, HE mandarine : 4 gouttes de chaque dans un flacon de 10 ml que l’on remplira ensuite d’huile végétale.
Appliquer quelques gouttes du mélange sur les poignets, le plexus, la plante des pieds, la poitrine.

Les huiles essentielles en soutien de l’immunité :

Les traitements font chuter les globules blancs ce qui favorise les infections. Certaines huiles essentielles comme le saro ou la ravintsara servent à renforcer l’immunité.

Appliquer sur les poignets, derrière les genoux et la poitrine avec un peu d’huile végétale : 10 gouttes au total d’huile essentielle dans 1 c à café d’huile végétale.

 

huiles essentielles et effets secondaires à la chimiothérapie

En plus d’un soutien physique, les fragrances des huiles essentielles réconfortent et participent au bien-être durant ces périodes éprouvantes. Il arrive cependant que le patient ne supporte aucune odeur, leur utilisation sera alors restreinte. Cependant les huiles essentielles offrent une aide agréable et efficace pour accompagner les traitements anticancéreux ainsi que d’autres pathologies en gériatrie, soins palliatifs…

huiles essentielles formations

Les huiles essentielles contre les problèmes digestifs :

Les traitements, en altérant la muqueuse intestinale, peuvent provoquer des diarrhées, des douleurs et spasmes. Les nausées et vomissements peuvent aussi survenir.

Synergie possible pour les douleurs abdominales :

HE basilic tropical, HE camomille romaine, HE lavande vraie, HE myrrhe : 10 gouttes de chaque dans un flacon de 10 ml que l’on remplira ensuite d’huile végétale.

Synergie possible pour la nausée :

Respiration d’huile essentielle de menthe poivrée et d’essence de citron sur un mouchoir : Verser 2 gouttes de chaque sur un mouchoir à respirer.

Stick inhalateur pour la nausée : verser sur la mèche 10 gouttes d’essence de citron et 5 gouttes d’essences de menthe. Refermer le stick. A respirer à la demande.

(Nota : Etude sur l’action des menthes sur les nausées : pubmed 31/01/2013, journal  ecancermedicalscience : Antiemetic activity of volatile oil from Mentha spicata and mentha piperita in chemothérapy induces nausea and vomiting)

Les huiles essentielles en soutien à la perte de goût :

Cette perte du goût est due à la destruction des cellules sensorielles de la bouche et du nez :

Essence de pamplemousse : Verser une ou deux gouttes sur un mouchoir et faites le tourner en cercle sous votre nez à 20 cm pour créer un vortex dans lequel les molécules se développent et deviennent plus détectables. Ensuite passer la bouteille ou le mouchoir sous la narine droite, puis sous la narine gauche, puis sous les deux ensemble. Vous pouvez alors sentir les arômes dans le fond de votre gorge.

Les huiles essentielles peuvent apporter un soutien également en cas de mucites (aphtes), œdèmes, troubles du sommeil…

 

Ces conseils  sont à titre informatif et ne remplacent aucunement un accompagnement personnalisé. Ils sont à mettre en place dans le cadre de soins de support ou avec un professionnel de l’aromathérapie qui pourra adapter les conseils à votre état.

Autres articles sur le sujet :
Pourquoi les huiles essentielles à l’hôpital, en oncologie, soins palliatifs et gérotonlogie ?
Actions et interactions des huiles essentielles en cancérologie
Vous souhaitez mettre en place une formation au sein de votre service : contactez moi
Vous souhaitez vous former à l’aromathérapie : contactez moi

Partager cet article :

Télécharger le guide pour ne plus douter sur l’utilisation des huiles essentielles et être en forme au naturel