La grande « détox » de printemps

La grande « détox » de printemps
2 avril 2019 Sabine Pernod

La grande « détox » de printemps

Comme le grand ménage, le printemps c’est la saison de la « détox ». C’est un mot très à la mode…. mais de quoi parle-t-on en fait ? La « détox » du foie et de la vésicule biliaire surtout, mais pas seulement : la détox peut concerner tous les organes d’élimination. Etes-vous sûre que dans votre cas ce ne sont pas plutôt les reins à drainer ? La peau ? Les intestins à nettoyer et restaurer ? Les poumons ? ou le système lymphatique à stimuler ?

Faisons un tour d’horizon des détox par organe.

  • La détox du foie ?
    C’est la fonction même du foie de « détoxifier » le corps, de filtrer et éliminer les déchets produits par lui en même temps que les toxiques apportés par l’extérieur. Dans certains cas, on va le soutenir et accélérer la production ou l’élimination de la bile.
    Le meilleur moyen de l’aider est une bonne bouillotte chaude. Elle va lui permettre de faire son travail correctement en augmentant la chaleur, l’afflux sanguin s’accroît et permet de laver le foie en douceur mais efficacement. Méthode quasi gratuite 😊. Concernant les détox avec des plantes pour le foie, il faut s’assurer en premier que les intestins ne sont pas en état d’inflammation et de porosité.
    En effet, le foie relargue dans les intestins les toxines solubilisées dans la bile. Un intestin poreux laissera passer des toxines qui se retrouveront dans le flux sanguin de nouveau… pas génial, génial. Il vaut mieux réparer ses intestins d’abord. Des pistes sont dans cet article ici
  • La détox des intestins ?
    C’est tout un programme selon votre profil. Cela peut prendre différentes formes : assainir les fermentations liées au sucre ou liées aux protéines, assainir les gaz, régler la constipation, assainir une mycose intestinale ou autres parasites. Dans beaucoup de cas, c’est surtout une restauration de la muqueuse et de la flore intestinale tout en douceur qui sera utile pour désenflammer les muqueuses. Foie et intestins travaillent de pair. Pour savoir comment entretenir la santé de ses intestins, c’est ici
Conseils naturo et aroma de printemps
  • La détox des reins ?
    Cela consiste à faire accélérer l’élimination des déchets filtrés par le sang (acides uriques, urée…). On accélère ainsi l’élimination des déchets acides qui provoquent douleurs articulaires, rougeurs cutanées et qui acidifient le corps en général. L’acidification du corps engendre une acidification généralisée des tissus musculaires, articulaires, nerveux et une déminéralisation (carie, arthrose, ostéoporose). Ce sont en général des plantes qui sont diurétiques comme le bouleau, le genévrier ou le frêne.
  • La détox des poumons ?
    Les poumons oxydent les déchets volatiles. Ils sont encrassés par le tabac et la pollution surtout. Il y a des plantes spécifiques pour nettoyer les poumons mais les activer régulièrement en s’oxygénant et en pratiquant une activité sportive est la meilleure habitude à prendre. Si vous n’êtes pas sportif, la marche en pleine nature sera parfaite. On peut aussi pratiquer des respirations amples et profondes à la maison pour augmenter l’oxygénation.
5 solutions pour vaincre les allergies
  • La détox de la peau?
    C’est avant tout s’occuper du foie, des intestins et des reins. La peau est le reflet de ces trois émonctoires.
    – Des boutons rouges non purulents sont plutôt le signe d’un besoin d’élimination insuffisant au niveau des reins.
    – Des boutons rouges purulents orientent plutôt vers les intestins et le foie.
  • La détox de la lymphe ?
    La lymphe est un liquide qui draine les toxines, les acides, en excès. Une lymphe surchargée est responsable de la cellulite… En accélérant la circulation sanguine et lymphatique, on accélère l’élimination de la lymphe. Il y a aussi des techniques de brossages à sec que je donne dans le livre Les bonnes pratiques de la naturopathie, Editions Rustica

Important : on ne draine pas un organe fatigué. Si la fatigue s’accentue lorsque vous faites une cure de plantes, c’est que ce n’est pas le bon moment.

Alors quelle sera votre prochaine détox ? Pour le savoir, le mieux est de faire faire un bilan complet naturopathique. On est souvent bien mauvais juge pour soi même (même en étant naturopathe soi même, je vous rassure !).
Vous pouvez aussi commencer par restaurer la flore et la muqueuse intestinale, c’est un excellent début. Pour savoir comment faire c’est ici

Sortie du livre Les bonnes pratiques de la naturopathie, Editions Rustica le 17 mai 2019.

Partager cet article :